MARCHE AUX FETICHES OU MARCHE D’AKODESSEWA

Situé dans le quartier d’Akodésséwa à l’Est de la ville, le marché est connu dans toute la sous-région. 

La centaine de guérisseurs qui tiennent boutique dans le marché viennent du Bénin voisin ; il faut dire que ce pays est réputé pour la culture vaudou mystique et occulte. On dit que le marché a été créé en 1963 par un groupe de sorciers béninois qui voulaient se rapprocher de leur clientèle qui traverse la frontière afin de bénéficier de leurs services. 

 

Dès l’entrée, une dizaine d’autels, remplis de petits fétiches de divinités vaudous, sont dressés derrière les étalages où sont exposés des crânes et peaux séchées d’animaux, des ossements de reptiles, des plumes d’oiseaux, des statuettes…

On capte très vite l’odeur de chair pourrie qui caractérise l’endroit.

 

Surnommé le marché des têtes, les guérisseurs et marchands utilisent des restes d’animaux qu’ils achètent à des chasseurs. Ces carcasses sont ensuite réduites en poudre, mélangée à des herbes médicinales, puis ingérée ou inoculée. Ils disent que ces décoctions soignent toutes les maladies ainsi que les envoûtements. 

 

Derrière les stands, dans de petits cabanons, les guérisseurs proposent des consultations pour 2 000 F CFA (3 euros). C’est là, à l’abri des regards indiscrets, qu’ils dialoguent avec les esprits et « chargent » les fétiches, ceux qui protègent la maison familiale, ceux qui veillent sur le voyageur, ou encore les « dis-moi oui », qui ont le pouvoir de rendre amoureux. Le féticheur Thomas Zonnotin, reçoit environ dix personnes par jour. La plupart viennent le trouver pour résoudre des problèmes de terrains, de travail ou d’amour.

 

Beaucoup de Togolais allient encore médecine moderne et médecine traditionnelle pour soigner l’esprit autant que le corps. Les feuilles de prescription s’élèvent souvent à plus d’un mois de salaire moyen au Togo. 

 

À la fois centre de consultations et pharmacie traditionnelle en plein air, le marché d’Akodésséwa est l’occasion pour les touristes de toucher du doigt les mystérieuses et fascinantes pratiques vaudoues. Une attraction qui n’a pas échappé aux marchands qui se sont regroupés en syndicat. A leur initiative, depuis quelques années, les touristes doivent s’acquitter d’un droit d’entrée fixé à 3 000 F CFA par personne auquel ils devront ajouter 2 000 F CFA pour prendre des photos. Tout ceci donne droit à une visite guidée. 

 

A visionner un reportage de France 24 datant du 6 Août 2015 rendez-vous sur YouTube 

Notre mission, accueillir les nouveaux arrivants à Lomé et favoriser les échanges et les rencontres à la découverte du Togo grâce aux multiples activités et événements proposés à nos membres.

© 2018 Copyright - Collectif Bienvenue à Lomé